06-10-2021

Quel système de froid pour de l'agroalimentaire ?

Une étude prouve qu’en France actuellement, un habitant lambda consomme par an en moyenne 350 kg d’aliments réfrigérés ou surgelés. L’agroalimentaire a donc pas mal de travail et doit surtout s’appuyer sur un système de froid performant, mais quel est-il ? Et quelles nouveautés arrivent sur le marché ? 

Les systèmes de froid sont-ils obligatoires dans l’agroalimentaire ?

Autre nouveauté que l’on peut constater dans le monde des systèmes de froid pour l’agroalimentaire : de récentes recherches sur le fait de garder les denrées au froid sans système de froid. Comment est-ce possible ? Tout simplement en développant des matériaux capables de conserver la fraicheur nécessaire. Mais pour l’instant, ces matériaux ne sont qu’à un stade expérimental. Et pour des quantités d’aliments aussi importants, le froid reste donc le meilleur moyen de conservation. Cela dit, il ne faut pas oublier des techniques assez anciennes telles que la fermentation, la pasteurisation ou la stérilisation, qui ne fonctionnent pas sur tous les aliments, malheureusement. 

On peut toutefois espérer que les recherches soient assez avancées pour tenir les dates de 2030 annoncées par l’Europe.

Actuellement en France, vous pouvez consulter des professionnels du système de froid dans l’agroalimentaire pour en savoir plus comme ceux de l’entreprise Neutragel (Neutragel.com) qui grâce à leur professionnalisme sont sur le secteur depuis plusieurs décennies et sauront toujours vous apprendre les nouveautés en la matière.

Les systèmes de froids du futur ?

La bonne nouvelle est qu’en termes de recherches sur les systèmes de froid, des pistes concrètes commencent à émerger. Ainsi, des machines fonctionnant à l’énergie solaire sont de plus en plus au cœur de l’attention. Deux types d’essais sont actuellement en cours, d’un côté est utilisée l’énergie solaire comme moyen d’alimenter les systèmes de froid du secteur de l’agroalimentaire, diminuant ainsi l’effet de l’électricité sur l’environnement ou alors est utilisée l’énergie solaire sous forme thermique limitant l’utilisation des fluides réfrigérants. Les chercheurs se tournent aussi vers des réfrigérants non polluants tels que l’eau, l’air ou l’ammoniac. Vous l’aurez compris, beaucoup de choses se mettent en place pour trouver des solutions. 

Que dit l’Europe sur ces systèmes de froid ?

Mais la réalité est autre, aujourd’hui, soit fin 2021, les avancées dans le secteur des systèmes de froid, surtout dans le domaine de l’agroalimentaire, n’ont pas permis d’arriver à éliminer tous les HCFC ou encore les HFC du secteur. Du coup, au point de vue de l’Europe, la loi est légèrement en demi-teinte.

Si effectivement les nouveaux appareils arrivant ne fonctionnent plus avec ces fluides, ils sont encore tolérés sur des équipements plus anciens. De plus en plus de budgets sont alloués à la recherche pour permettre de trouver rapidement, ou du moins aussi rapidement que possible, des moyens écologiques pour refroidir les denrées et répondre au besoin de froid.  L’industrie de l’agroalimentaire européenne joue le jeu de la transparence et tente de trouver des solutions. 

Quels sont actuellement les systèmes de froid utilisés dans l’agroalimentaire ?

Si vous êtes concerné par les systèmes de froid dans l’alimentaire ou que vous vous informez sur les avancées dans ce domaine, vous savez forcément que la France a décidé de mettre au cœur de ses préoccupations l’amélioration des systèmes froids dans le secteur de l’agroalimentaire. En effet aujourd’hui, 10% de l’électricité dans l’hexagone est destinée au froid et les fluides utilisés sont particulièrement polluants. En effet, actuellement, les fluides utilisés sont les hydro chlorofluorocarbures aussi appelés HCFC et plus récemment, les hydrofluorocarbures ou les HFC. Ces fluides devaient être tous interdits en 2020 dans le monde pour une raison évidente de danger pour l’environnement.